Itinéraires Olbia (vacances)

Vacance en Olbia

OLBIA coquette petite ville portuaire qui possède une des plus belles églises romanes de l'île, San Simplicio (XIe s.), élégante, intacte dans ses formes pures, dans une situation isolée. Mais nous accorderons toute notre attention aux beautés naturelles et aux innombrables panoramas que l'on découvre sur les côtes d'échiquetée, qui se succèdent en allant d'Olbia vers le nord: Golfo degli Aranci, le golfe de Marinella, le golfe d'Arzachena. La partie centrale de ce merveilleux paysage de rochers, de grottes et de plages est la " Côte d'Emeraude " dont le récent essor touristique constitue le plus grand attrait de la Sardaigne moderne. La route qui va d'Arzachena à Palau est une suite de panoramas hallucinants, entre les collines rocheuses, les vallées-solitaires où sont disséminés de gigantesques blocs de granit qui évoquent irrésistiblement la préhistoire humaine. A Palau on prendra aussitôt le bateau qui conduit à l'île de la Maddalena d'où l'on va par une route carrossable, entre de riantes pinèdes à la voisine île de Caprera, célèbre pour avoir été la dernière résidence de Garibaldi qui y mourut et
y fut enseveli près de sa maison. Transformée en musée, elle peut être visitée.
Nous reprendrons notre voyage de Palau vers Santa Teresa Gallura (25 kms.) à la pointe la plus septentrionale de la Sardaigne, face à la Corse. Au voisin Cap Testa, ancien point de débarquement des navires au Moyen Age, des colonnes rondes, sur la plage, rappellent le passage de Rome sur ces terres. On pourra passer la nuit à Santa Teresa ou bien pousser à l'intérieur, jusqu'à Tempio Pausania, chef-lieu de la Gallura, dans un beau paysage de collines. Le granit de ses architectures lui confère un aspect élégant et sobre, malgré la rusticité des formes. Il y a un bel Oratoire ro-
man avec adjonctions baroques une Cathédrale, fondée au XVe s., et quelques maisons ornées de belles façades. De Tempio, on descend au bord de la rivière Coghinas pour remonter à Perfugas avec la remarquable église gothique San Giorgio, où l'on admire, à l'int. un beau polyptyque d'un peintre sarde du début du XVIe s.; en continuant vers l'ouest, on arrive à la bifurcation pour Castel Sardo. Peu après avoir pris cette nouvelle route, on trouve, avant d'arriver à Bulzi, la noble église romane-pisane San Pietro delle Immagini (XIIIe s.), à bandes blanches et noires. En découvrant une vue splendide, on monte vers Sedini
(8 kms., 5 de la bifurcation), avec la belle église Sant'Andrea de style aragonais (1517), et la pittoresque Domus de janas, antique ensemble de sépultures rupestres transformées plus tard en habitations. Près du pays les ruines suggestives de l'église San Nicola de Silanis, lombardo-bénédictine (XIIe s.). Passé Campo di Sedini, nous découvrons un splendide panorama marin. A dr., sur les collines, les vestiges des Thermes romains et Castel Doria, ruines d'un château. On continue à descendre, on passe auprès du rocher de trachyte dit " de l'Eléphant " en raison de sa forme étrange, et l'on arrive à Castel Sardo, petite ville d'origine génoise, sur un promontoire, avec des rues pittoresques, une Cathédrale de la fin du gothique, à l'int. de laquelle se trouvent d'intéressantes peintures d'un auteur local. De Castel Sardo,on continue vers l'Ouest sur la route côtière; on passe à Porto di Frigiano, avec une Tour espagnole, et l'on rencontre, dans le voisinage, l'église Nostra Signora de Tergu, aujourd'hui en ruine, qui fut le plus admirable monastère bénédictin de la Sardaigne (XIe s.). A 21 kms. de Castel Sardo, nous trouvons Sorso, avec quelques nouraghes à proximité. 14 kms. nous séparent de PORTO TORRES.